DIY Peinture tissus, une seconde vie pour mon tee shirt [Pebeo Setacolor]

20:56 Marion Malanix 0 Comments

Rho ce titre alambiqué (et long !)! Vous me pardonnez hein ?
J’avais dit que j’élargirais les sujets de ce blog avec mes autres passions dans mon article pour la nouvelle année. Aujourd’hui je le fais véritablement, et c’est une bonne bouffée d’air frais je dois l’avouer. Une nouvelle ère commence.
C’est avec un article DIY sur la peinture pour tissus que je commence a respecter cette bonne résolution. Des peintures j’en ai des tonnes. Aquarelle, acrylique, gouache, pour bois, pour plâtre, pour ceci, pour cela. Mais tissus ? jamais. Allez savoir pourquoi, j’étais persuadé que c’était dur, qu’il fallait être un véritable artiste, et qu’en plus ça partait dés qu’on lavait. Cette pratique n’avait vraiment rien pour elle.

Quand Creavea m’a proposé de m’envoyer 4 pots de peinture Setacolor Pebeo pour tissus, j’y ai vu l’opportunité d’essayer enfin cette pratique, tout en n’étant pas tenté d’acheter TOUTES les couleurs, et TOUT les outils, et TOUT les supports possibles du magasin sans savoir si c’était a ma portée ou a mon gout (mon gros problème …). Pour choisir les couleurs j’avais déjà ma petite idée du motif, un petit coin de jardin bucolique, romantique, de calme et de douceur totale. Sauf que … finalement ma maladresse m’en a empêcher. J’ai eu un gros fail, mais vous verrez ça plus bas.
Dans mes 4 couleurs, j’ai choisi un rouge « vermillon« , un jaune « bouton d’or« , et 2 verts : « vert végétal » et « vert chlorophylle«  qui un vert « moiré » qui a des espèces de micro paillettes, c’est trop joli j’ai envie d’y planter les ongles.
Je n’ai pas détecté de différence de texture ou d’épaisseur avec mes peintures Pebeo que j’avais déjà et qui ne sont pas faite pour le tissus. Par contre elle sent beaucoup plus fort, l’odeur n’est pas très agréable pendant les premières minutes, le temps de s’habituer. Elle est tout aussi fluide, tout aussi opaque. Je l’ai trouvé assez facile et agréable a travailler pour peu que le pinceau ne soit pas sec. Comme le tissus a tendance a absorber (nooooon, c’est étonnant… ), je dois très souvent humidifier le pinceau. Dans son ensemble, l’usage de cette peinture n’est donc pas si différent de la peinture acrylique classique (surtout quand comme moi, vous utilisez deja cette marque).
Ici, le projet était donc de donner une seconde vie a un vieux tee shirt blanc.

Outils utilisés :

  • Du Tissus fraichement lavé (Tee shirt, mouchoir, draps, ect)
  • Un truc dur qui ne craint pas les potentielles taches (Calendrier, Carton épais a jeter, ect)
  • Un crayon a papier gras (ici c’était un 6B)
  • La peinture pour Tissus Pébéo Setacolor
  • Un fer a repassé

Première étape, préparation du tissus :

Il est important d’avoir un tissus fraichement lavé. Même si vous venez de profiter des Soldes d’hiver, vous lavez ! Sinon c’est pas sur le tissus que vous allez mettre la peinture mais sur la couche de protection invisible qui s’appelle « l’apret », présent sur les vêtements neuf. Ne mettez pas d’adoucissant non plus sinon ça donnera le même effet, ça met une protection sur le tissus et c’est tout ce qu’on ne veut pas.
Vu que c’était vraiment un vieux tee shirt, je l’ai également passé a la javel pour le blanchir un peu. Mais c’est un détail.
Je vous conseillerais aussi de repasser le tissus. C’est pas obligatoire, mais mon tissus de brouillon était froissé et j’ai bien senti la différence quand j’ai pris mon tissus définitif bien lisse. Le confort de travail est incomparable.
N’hésitez pas non plus a masquer les parties que vous ne souhaitez pas peindre avec du scotch par exemple. Une fois que la peinture touche le tissus, ça ne s’efface pas, donc il faudra faire avec. C’est pour ça que mon jardin romantique a fini en enfer brulant …
Indispensable : Mettez un carton dans votre vêtements, pour ne pas que la peinture que vous appliquez traverse le tissus et aille tacher le dos ! Ça serait bête !

Seconde étape, la recherche du motif :

Je n’ai pas utilisé de pochoir, je ne vous en parlerais donc pas. J’avais envie de vraiment peindre mon tee shirt, et pas de tapoter sur un motif déjà parfait, que je pourrais retrouvé sur un mur d’enfants ou autre. Je ne dis pas que je ne m’y mettrais pas un jour, mais pour débuter je n’ai pas souhaiter utiliser cette technique.
Je suis toujours resté sur cette idée du jardin, de la nature, des arbres et des herbes folles. Plusieurs croquis sur papier m’ont fait finalement m’arrêter sur un cœur en relief comme une planète, qui supporte quelques arbres et un parterre d’herbe bien fournis.
J’ai fais les premiers essais, en dessinant un peu n’importe quoi, sur du vieux tissus pour voir comment ce support se comportait sous le crayon et les pinceaux. Un crayon a papier suffit tant qu’il est gras (6B pour moi) pour marquer le tissus et donc avoir notre trame. 

Troisième étape, la peinture :

On attaque les choses sérieuses et définitives. On ne rigole plus et on se concentre pour ne pas en mettre partout, et surtout pas où on voulait un blanc immaculé. J’ai commencé par les contours de mon dessin, pour qu’ils soient bien net tant que j’étais concentré. Je vous mentirais si je vous disais que c’est super facile. Il faut prendre son temps, et se préparer a devoir bricoler pour corriger un potentiel dérapage de quelques poils du pinceau.
 Puis ensuite j’ai rempli le cœur avec un pinceau un peu plus gros, en essayant de ne pas dépasser. Et là … le fail. Vous le voyez en bas a gauche ? Le petit caca rouge et jaune …
 Je ne sais pas trop comment ça a pu se faire, mais ça s’est fait. De la peinture sur ma palette, mon bras sur la palette, mon bras sur le tee shirt … Comme dis plus haut, une fois qu’il y a de la peinture sur le tissus, il faut faire avec et bricoler. J’ai donc imaginé des flamme, un peu comme si cette planète un peu étrange et paradisiaque, survolait les enfers. C’est grossier, et plus du tout féerique, romantique ou bucolique comme je le voulais, mais c’est pas inintéressant finalement. ça m’a permis de tenter des choses, de les recouvrir après en voyant que c’était affreux, de tenter des dilutions plus fortes quand je voulais de la transparences (dans les flammes et dans les feuillages), ect.

Quatrième étape, la fixation finale !

Il ne suffit pas de laisser sécher la peinture pour qu’elle tienne durablement sur le tissus. Une fois qu’on est sur que tout est bien sec (la notice sur le site de Pebeo prévoit environ 1 heure), il faut la fixer. Pour la fixer il suffit de repasser (sans vapeur) sur l’envers du dessin, en insistant bien pendant 5 minutes (ça sera indiqué sur le pot de toute façon).


Il était encore un peu difficile pour moi de croire que de la peinture pouvait tenir le coup pendant un lavage. Alors j’ai testé cette peinture jusqu’au bout ! Une fois la peinture fixée, hop ! au lavage direct ! Ouais ouais pas de pitié, pas de repos ! Le flacon indique de ne pas dépasser 40°C au lavage.
Le résultat est PAR-FAIT ! Rien n’a bougé. Pas de peinture qui s’est barré en laissant un trou immonde, pas de craquelures, pas d’éclaircissement, pas de disparition des dégradés.
Après ça …. Et ben c’est fini ! Vous n’avez plus qu’a l’admirer, et décider si vous avez envie d’en refaire. Pour moi, ça sera clairement oui. Je vois une multitude de portes qui s’ouvrent a moi, comme des tee shirt geek introuvable parce que seulement disponible pour les hommes, ou hors de prix.

You Might Also Like

0 commentaires :

Fourni par Blogger.

Subscribe Here